Édith Thomas (1909-1970). De la « très très chic fille » au « Grand seigneur en exil »

  • Accueil
  • Événements
  • Édith Thomas (1909-1970). De la « très très chic fille » au « Grand seigneur en exil »

Odile Welfelé, archiviste paléographe (prom. 1982), chargée de la coopération archivistique internationale aux archives de France, donne une conférence intitulée « Édith Thomas (1909-1970). De la “très très chic fille” au “Grand seigneur en exil” », dans le cadre du bicentenaire de l’École nationale des chartes - PSL.

Archiviste paléographe (promotion 1931), romancière primée trois fois, journaliste et grand reporter, membre de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), communiste, résistante, membre du Comité national des écrivains pendant la Seconde Guerre, membre de deux cabinets ministériels (1936 et 1944), membre du comité directeur de l’Union des femmes françaises, directrice d’un journal féminin, historienne, bibliothécaire, protestante (convertie), militante anticolonialiste des droits de l’homme et de « l’humanisme féminin », membre du jury du prix Femina. Passionnée, intègre, intransigeante, entière, jalouse, minutieuse. Une femme de contrastes pour une vie qui ne fut pas un long fleuve tranquille.

Peut-être « trop lucide », « fondamentalement malheureuse et dépressive », elle est restée fidèle toute sa vie à ses valeurs, déplorant comme elle le disait elle-même l’attelage qui la caractérisait, « cerveau d’homme, corps de femme, genou de vieillard ». Solitaire mais pas isolée, elle était tombée dans un relatif oubli après sa mort. Puis les éditions Viviane Hamy sortent des inédits, Le témoin compromis et Pages de journal, 1939-1944 (1995) avant de rééditer son dernier roman, Le jeu d’échecs (2018). Dix ans plus tard, Angie David lui réserve un chapitre entier dans sa monumentale biographie de Dominique Aury (éditions Léo Scheer, 2006). Dorothy Kauffman-McCall lui consacre une biographie (Passionnément résistante, éditions Autrement, 2007/A Passion for Resistance, 2004). Le public, notamment celui qui s’intéresse à l’histoire des femmes, redécouvre Les Pétroleuses (1963, réédition 2019) et l’Université (Isabelle Tournier, Paris 8) s’intéresse aux papiers qu’elle a déposés aux Archives nationales, classés sous la direction de Denise Ogilvie.

Reconnue aujourd’hui comme une pionnière de l’histoire des femmes, elle trouvait le titre d’archiviste paléographe ridicule et traita souvent par le mépris le métier qu’elle dut exercer. Et pourtant, chartiste un jour, chartiste toujours... La formation de l’École des chartes a-t-elle influencé Édith Thomas ? Y a-t-elle trouvé des amis, des soutiens ? S’en est-elle totalement dégagée ? Nous allons tenter de donner quelques réponses.

25 Novembre 2021
-
Culture - Conférence
École nationale des chartes - PSL

Passe sanitaire et port du masque obligatoires

École nationale des chartes-PSL, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
2021-11-25 19:00 2021-11-25 21:00 Europe/Paris Édith Thomas (1909-1970). De la « très très chic fille » au « Grand seigneur en exil » École nationale des chartes-PSL, 65, rue de Richelieu, Paris 2e