Innovation

Red Team Défense : les scénarios de la saison 1 dévoilés

Le

L’Université PSL a restitué les deux synopsis « Chronique d’une mort culturelle annoncée » et « La sublime Porte s’ouvre à nouveau » qui constituent la première des quatre saisons de Red Team Défense. L’ambition de cette initiative placée sous l’égide de l’Agence de l’innovation de défense (AID) en coopération avec l’État-major des armées (EMA), la Direction générale de l’armement (DGA) et la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS), est d’anticiper les risques technologiques, économiques, sociétaux et environnementaux susceptibles d’engendrer de potentielles conflictualités à l’horizon 2030-2060.

Red team

L’invention de l’avenir est une mission essentielle de l’Université. La caractéristique de PSL est sa capacité à croiser sciences dures, ingénierie, arts, sciences humaines et sociales. Cette interdisciplinarité fait d’elle un lieu idéal pour allier science et imagination et les mettre au service de l’action publique. Alain Fuchs, président de l'Université PSL

Lancée à l’été 2019, l’initiative Red Team est un exercice de prospective innovant dont l’objectif est de nourrir les réflexions stratégiques, opérationnelles, technologiques et organisationnelles du ministère des Armées et d’acteurs extérieurs. Ses travaux se répartissent en quatre saisons et mobilisent auteurs et scénaristes de science-fiction, experts scientifiques et militaires.
Au terme d’une procédure de dialogue compétitif, l’Université Paris sciences & lettres (PSL) a été retenue par le ministère des Armées pour constituer les équipes, les animer et en restituer les travaux. Ce réseau est piloté par Cédric Denis-Remis, vice-Président Développement, innovation et entrepreneuriat de l’Université PSL.
Pour Alain Fuchs, Président de l’Université PSL, « L’invention de l’avenir est une mission essentielle de l’Université. La caractéristique de PSL est sa capacité à croiser sciences dures, ingénierie, arts, sciences humaines et sociales. Cette interdisciplinarité fait d’elle un lieu idéal pour allier science et imagination et les mettre au service de l’action publique ».
L’auteur de polar DOA, la sociologue et directrice de recherche au CNRS Virginie Tournay, les auteurs de space opera Laurent Genefort et Romain Lucazeau, le scénariste de BD Xavier Dorison, le romancier Xavier Mauméjean, le dessinateur François Schuiten, ainsi que la designeuse Jeanne Bregeon ont conçu les deux scripts de la première saison : Chronique d’une mort culturelle annoncée, anticipation d’une société de communautés virtuelles sur fond d’attaque bioterroriste, et La Sublime Porte s’ouvre à nouveau, anticipation d’une révolution technologique qui bouleverse les pratiques de guerre.

"Chronique d'une mort annoncée par François Schuiten"

"Chronique d'une mort annoncée par François Schuiten"

#1 Scénario ruse : Chronique d’une mort culturelle annoncée

Le développement de bulles communautaires, ou safe sphères (REZ), a profondément modifié le rapport à la réalité. Les individus peuvent désormais se plonger selon leurs affinités et intérêts (religieux, identitaires…) dans des réalités alternatives dépendantes de la subjectivité de leur communauté d’appartenance. En 2040, 90 % des Européens y sont connectés, si bien qu’il n’y a plus de réel commun partagé. À Grande-City, l’État s’efface face aux safe sphères et une balkanisation de la population s’opère. En 2045, la menace d’une attaque bioterroriste finit de déstabiliser la ville, déjà ravagée par une crue centennale. Une véritable guerre cognitive s’enclenche entre safe sphères concurrentes, où les croisements d’informations et les diffamations sont monnaie courante.
L’armée française intervient dans ce climat particulièrement instable et incertain pour évacuer des populations sous mandat de l’Union Européenne. C’est l’opération Omanyd. Une opération extérieure qui fait face à de nombreux défis : absence d’informations fiables sur le terrain, défiance des populations à évacuer, contestation des populations nationales face au rapatriement de civils potentiellement infectés… L’armée française doit conjointement assurer la réussite de l’opération et convaincre de la légitimité de son intervention.

Après ce premier temps d’opération relativement rapide, faisant face à l’urgence de la situation biologique à Grande-city, les armées françaises sont sollicitées pour aider l’ancien pouvoir en place à sécuriser le réel, c’est-à-dire à réduire l’influence des safe sphères sur les populations locales. Plusieurs années seront nécessaires pour désactiver les safe sphères les plus virulentes.

"La sublime porte s'ouvre à nouveau par François Schuiten"

"La sublime porte s'ouvre à nouveau par François Schuiten"

#2 Hyperforteresse : La Sublime Porte s’ouvre à nouveau

Autour de la Méditerranée les forces politiques et économiques se recomposent. Après une période d’instabilité, une junte nationaliste prend le pouvoir à Troie. Dans leur volonté d’étendre la sphère d’influence de la puissance troyenne, ces officiers tournent leurs appétits vers les cités périphériques. Face à cette menace, les Ioniens et les Thraces se réarment, avec l’appui de Carthage qui investit lourdement dans son programme « Salambo », visant à doter la frontière orientale de l’Europe d’un réseau impénétrable d’hyperforteresses.
Ces nouveaux systèmes défensifs ont été créés pour contrer la généralisation des armes hypervéloces. Ces engins, capables d’atteindre des vitesses vertigineuses, redéfinissent les règles du combat. Ils constituent une épée de Damoclès permanente. Afin de s’en protéger, les belligérants développent des dispositifs de défense sophistiqués dans lesquels systèmes de détection et de protection s’entremêlent. À la fin des années 40, ce réseau de technologies a un nom : l’hyperforteresse.
Pendant des années, le conflit s’enlise. Les hyperforteresses adverses se font face, sans qu’aucune ne parvienne à avancer. Seule une attaque troyenne en 2043 touche et à endommage un vaisseau carthaginois. S’en suivent des contre-attaques, mais Ioniens et Thraces se brisent sur le réseau d’hyperforteresses troyen. Cyberattaque, mission de sabotage, infiltration… différentes tactiques se déploient pour percer les lignes ennemies jusqu’à l’explosion d’une arme nucléaire rustique dans l’atmosphère et l’intervention de Carthage en soutien à ses alliés ioniens et thraces.